The Encyclopedia of Saskatchewan

 

Welcome to the Encyclopedia of Saskatchewan. For assistance in exploring this site, please click here.

If you have feedback regarding this entry please fill out our feedback form.

L’économie de la Saskatchewan

By: Peter Phillips

Avec ses 651 900 km2, la Saskatchewan est la cinquième province du Canada pour la superficie ; environ un tiers consiste en roche précambrienne et en terre arable, 23% en forêt d’intérêt commercial, et 12% en lacs et rivières. La province constitue environ 6,5% de la superficie du Canada et 0,4% de celle du globe. En 2001, près d’un million d’individus y vivaient – un nombre à peu près inchangé depuis les années 1930. Approximativement 53% de cette population habitent dans les treize cités, et 16% dans les villes ; les 31% qui restent demeurent dans les fermes, dans les petits villages ruraux, ou dans les réserves indiennes.

Histoire Économique

La plus grande partie du développement provincial jusqu’en 1990 reposait sur la production et l’exportation des ressources naturelles. La première phase du développement de l’ouest du Canada prit place à la fin du 19ième siècle quand un certain nombre de conditions furent rassemblées. D’abord arrivèrent les systèmes politique et légal. En 1867, Canada acheta à la Compagnie de la baie d’Hudson la Terre de Rupert (voir RUPERT’S LAND PURCHASE) et introduisit un type de gouvernement légitime dans les Territoires, ce qui aboutit au gouvernement provincial en 1905 ; aussi, en réponse aux luttes politiques entre les autochtones et les colons européens, la police montée du Nord-Ouest, organisée en 1874, fit son apparition dans l’ouest. La seconde phase de développement résulta de deux facteurs-clés. En 1885 le chemin de fer transcontinental du Canadian Pacific fut complété, ce qui permit le transport des personnes vers l’ouest et des marchandises vers les marchés (voir CANADIAN PACIFIC RAILWAY). Puis vers la fin du siècle le développement de la souche de blé Marquis (voir WHEAT), ainsi que l’accès aux marchés de céréales du Royaume-Uni, provoqua une immigration en masse : le nouveau type de blé avait un plus haut rendement et mûrissait plus tôt que les autres variétés, ce qui fit du potentiel de la prairie vierge une ressource économique de valeur, prête à être exploitée.

Partant de quelques milliers en 1885, la population de la province était de 91 300 en 1901, et de 921 800 en 1931. Les immigrants arrivèrent de l’Europe et de l’est du Canada, attirés par des terres gratuites et par un potentiel économique pratiquement illimité. Les industries nécessaires à ces nouveaux fermiers ne tardèrent pas à suivre, si bien qu’en 1929 la Saskatchewan jouissait d’une économie dynamique. La troisième phase de développement fit suite à la décision du gouvernement fédéral en 1930 de transférer le contrôle et la propriété des terres et de leurs ressources naturelles au gouvernement provincial : depuis la Confédération jusqu’en 1930, en effet, les terres et les ressources de la Saskatchewan, propriétés du gouvernement fédéral, avaient été développées suivant ses priorités. Interrompu par la Dépression (voir GREAT DEPRESSION), le développement reprit après la Deuxième Guerre mondiale (WORLD WAR II) grâce à la découverte de riches gisements de ressources naturelles souterraines et à la croissance des marchés d’exportation pour ces produits. De nouvelles technologies aboutirent à la découverte de réserves de pétrole, de potasse et d’uranium ; le développement de systèmes à forte intensité d’énergie en Amérique du Nord et en Europe se chargea de créer les opportunités, si bien que dans les années 1980 l’économie de la Saskatchewan était devenue hautement spécialisée et concurrentielle. L’augmentation de la capacité de production et d’exportation s’accompagnait d’une augmentation de la demande pour les spécialisations et les services personnels et communautaires. La production primaire de blé, de graines oléagineuses, de bétail, de pétrole et de gaz, de potasse, d’uranium, et de bois d’oeuvre aboutit naturellement au développement d’entreprises fournissant des intrants à ces industries (par ex. IPSCO), ainsi que d’entreprises poursuivant le traitement des produits bruts (par ex. minoteries, triturateurs de graines oléagineuses, abattoirs, raffineries, et usines de pâtes et papiers). En même temps que ces industries se développaient, un petit nombre de communautés rurales et urbaines se transformaient en centres de services industriels et régionaux (Table 1). (voir FORESTRY, OIL AND GAS INDUSTRY, POTASH INDUSTRY et URANIUM).

L’économie Moderne

La production et l’exportation des ressources naturelles et de leurs produits raffinés constituent l’ossature de l’économie de la Saskatchewan : environ 95% des marchandises dépendent directement des ressources de base (céréales, bétail, pétrole et gaz, potasse, uranium et bois, ainsi que le produit de leur raffinement). De plus, les individus et entreprises impliqués prennent des décisions d’achat qui gouvernent le reste de l’économie ; les fermiers, les compagnies minières et les traiteurs de produits primaires achètent la plus grande partie de la production ouvrée et des services commerciaux de la province. Deux facteurs ont une profonde influence sur l’économie de cette dernière. D’abord, étant donné son orientation vers l’extraction et le traitement des ressources primaires, elle dépend énormément des marchés financiers pour offrir des ressources à un prix attirant afin de maintenir les lourds investissements annuels en formation brute de capital fixe ; en moyenne, pendant la période 1993-2002, plus de 20% du rendement annuel fut investi en infrastructure et capital neufs. Ensuite, l’accès au commerce et la croissance du marché international sont essentiels pour l’avenir : les producteurs de céréales, de CANOLA, de bétail, de pétrole, de potasse et d’uranium de la province sont des chefs de file dans leurs domaines et produisent nettement au-dessus de la demande locale. Plus de 90% des céréales et graines oléagineuses produites sont vendues à d’autres provinces ou à l’étranger ; toute la potasse et tout l’uranium sont utilisés en dehors de la province ; 83% du pétrole est acheminé vers d ‘autres marchés ; et 30% des marchandises traitées par les industries de transformation sont exportées (par ex. pâte de bois et papier de WEYERHAEUSER, tuyaux d’IPSCO INC., huile de canola). En même temps, l’économie provinciale ne pourrait jamais produire assez de marchandises à des prix concurrentiels pour nourrir, loger, vêtir et transporter sa population de la manière accoutumée : la province importe donc la grande majorité des biens de consommation tels qu’automobiles, fruits et légumes frais pour l’hiver, vêtements, et équipement ménager.

Il y a plusieurs façons de mesurer l’envergure et l’échelle de l’économie. La méthode conventionnelle consiste à considérer la distribution d’activité à valeur ajoutée par secteur. Les états financiers de l’économie provinciale montrent que la Saskatchewan a progressé rapidement du stade agraire et dépendant des ressources à celui de la prestation de services. Cette transformation est reflétée dans les changements subis par l’emploi dans les deux secteurs (Table 2).

Cette démarche surévalue les activités qui s’éloignent des marchés de denrées. Le passage de la production de denrées à celle de services résulte en partie d’une spécialisation accrue. Par exemple, comme les fermiers utilisent davantage d’intrants et dépendent davantage de l’extérieur pour le camionnage et la gestion financière, la valeur et l’emploi créés sont à présent comptés comme services de manufacture, de transport, de commerce de gros, de finance ou de commerce. Le marché final pour beaucoup de ces emplois dans le traitement ou les services demeure une valeur inscrite dans les produits exportés : en agriculture, par exemple, 40% seulement de la valeur d’exportation de nos produits sont ajoutés à la ferme même. Si ceci est constant dans le secteur primaire tout entier, l’estimation globale de l’emploi à valeur ajoutée et de celui basé sur les relations de ravitaillement entre marchés finaux et producteurs primaires, fournisseurs d’intrants, traiteurs de produits et services associés, suggère que les secteurs primaires commandent non seulement les 25% des secteurs principaux, mais aussi plus de 60% de l’économie totale. Après plus d’un siècle de développement commercial, le produit intérieur brut de la province était de $34,5 milliards en 2002, c’est-à-dire environ 3% de l’économie canadienne. Le revenu par tête était en moyenne de $34,700, c’est-à-dire environ 94% de la moyenne nationale ; ce revenu, plus de trois fois la moyenne mondiale, fait de la Saskatchewan l’une des plus affluentes régions du monde.

Secteurs-Clés

Les secteurs producteurs de denrées représentaient en 2002 une contribution directe d’environ 32% du produit intérieur brut de la province. L’agriculture demeure le secteur le plus important, en dépit d’une récente restructuration. La Saskatchewan, avec ses 202 400 km2 de terres arables (44% des terres cultivées au Canada), est une productrice de récoltes de première importance. En 2001, 50 600 fermes employaient 66 200 fermiers et représentaient un capital d’environ $33 milliards. Ce secteur représentait environ 50% de la production de blé au Canada, 80% de la production de blé dur, 33% de la production d’orge (BARLEY), et 43% de la production de canola. La Saskachewan à elle seule représente 10% du commerce mondial en blé, 60% en blé dur, et 40% en canola. La province est également un important producteur de viande rouge, et plus particulièrement de bovins d’engraissement et d’abattoir, ainsi que de porcs. Le marché domestique consomme environ 43% des bovins d’abattoir, et conserve un peu moins de cette proportion en bovins d’engraissement. Les principaux marchés d’exportation pour les bovins d’abattoir, par ordre d’importance, sont les USA, l’Alberta et le Manitoba ; plus de 40% des bovins d’engraissement sont exportés en Alberta, tandis que de petits nombres seulement sont acheminés vers l’Ontario, les USA et le Manitoba. Le marché des porcs a une orientation plus domestique : 80% de la production sont vendus aux deux abattoirs principaux, et une certaine proportion est vendue autrement sous forme de viande industrielle. Les USA représentent environ 5% du marché d’animaux d’abattoir ; le reste est exporté (souvent sous contrat confidentiel) en Alberta et au Manitoba.

La Saskatchewan est aussi dotée de ressources naturelles abondantes. Ayant été submergée sous un océan préhistorique, la province possède environ 75% des réserves mondiales de potasse : dans les années 1950, l’exploration révéla l’existence d’énormes couches de potasse dans le sud. La première mine de potasse, complétée en 1958, fut bientôt inondée. La production, cependant, est continue depuis 1962. Il existe dix mines de potasse, réparties dans la province, ainsi que quatre compagnies d’exploitation avec un investissement total de plus de $2,5 milliards. Seulement 5% de la potasse produite en Saskatchewan est consommée au Canada. La province possède également de grands gisements d’uranium d’une qualité relativement élevée, qui est exploité et transformé en gâteau jaune pour les marchés internationaux. Le Canada jouit d’une importante proportion des ressources en uranium découvertes à ce jour dans le monde, et la plus grande partie se trouve en Saskatchewan : ces vastes gisements d’uranium de qualité, que l’on peut extraire à un coût inférieur à celui de beraucoup d’autres régions, sont suffisants pour quarante ans au rythme de la production actuelle. La Saskatchewan, qui est maintenant la plus grande région productrice d’uranium du monde, était responsable de 25% de la production mondiale en 2002. Il y a à présent trois exploitations d’uranium dans la province : Rabbit Lake, Cluff Lake et Key Lake. En 2002, celles-ci produisirent 15,5 millions de kgs de U308, qui rapportèrent $593 millions de profits – environ deux tiers provenant du reste du Canada, et un tiers de l’étranger.

La Saskatchewan, qui produit une quantité non négligeable de pétrole brut, de gaz naturel, de charbon et d’énergie électrique, possède environ 10% des réserves de pétrole et 25% des réserves de gaz du Canada. Le pétrole brut, découvert en 1944, varie de brut non corrosif léger à brut acide lourd. Laprovince est le deuxième producteur de pétrole après l’Alberta et repésente plus de 20% de la production canadienne totale : sa production cumulée jusqu’au 31 décembre 2002 était de 622 millions de mètres cubes. Les réserves extractibles de reste à la même date étaient estimées à environ 183 millions de mètres cubes. Il y a sans doute 25 milliards de barils de pétrole brut lourd dans le centre-ouest de la province, ce qui représente le plus grand potentiel de développement futur. Environ 20% de la production est actuellement utilisée dans la province, 10% dans le reste du Canada, et 70% est exportée aux USA. La production de gaz, qui dépasse 6,4 milliards de mètres cubes annuellement, rapporta en moyenne $1 milliard par an pendant la période 2000-02, tandis qu’en 2002 la production de charbon atteignait 11,3 millions de tonnes et rapportait $180 millions.

La production de minéraux non énergétiques en Saskatchewan a récemment augmenté de façon importante. Sa production en 2002 était de 11,7 millions de kgs de cuivre, 4,6 millions de kgs de zinc, 1 678 kgs d’or, 1 344 kgs d’argent, 921 000 tonnes de sel, 184 000 tonnes de sulfate de sodium, ainsi que divers autres métaux et minéraux. La valeur totale des ventes de minéraux (à l’exception du pétrole, du gaz, du charbon, de la potasse et de l’uranium) était de $156 millions en 2002 (voir MINING).

Avec 23% de sa superficie couverte de forêts d’intérêt commercial, la province est un producteur petit mais concurrentiel de pâte à papier, de papier et de bois destinés aux marchés domestique et international ; sa production commerciale de bois de résineux comprend le sapin baumier, l’épinette noire, le pin gris, le mélèze et l’épinette blanche, et sa production de bois dur inclut le peuplier baumier, le peuplier faux-tremble et le bouleau blanc. Le secteur forestier représente un revenu annuel de $750 millions, divisé entre environ 300 compagnies d’exploitation et 9 000 employés.

La construction en Saskatchewan représente une valeur d’environ $8,8 milliards en neuf et en rénovation tous les ans ; on estime qu’il y avait 24 200 ouvriers du bâtiment dans la province en 2003. En termes de fabrication, il y avait 1 044 firmes en 2001 ; la plupart de celles-ci traitaient les produits bruts provenant des secteurs agricole, forestier, minier et énergétique, ou bien produisaient des matières intermédiaires à utiliser dans ces secteurs. En tout, ces compagnies, qui employaient 28 300 ouvriers, produisirent $7,2 milliards de recettes en 2001. Une petite partie seulement des compagnies et de la valeur ajoutée de l’industrie de transformation produit des biens de consommation ou du matériel pour l’exportation directe. La plus grande partie des revenus et de la valeur ajoutée est placée dans les deux unités de valorisation du pétrole brut et la raffinerie, dans les exploitations de bois, de pâte et de papier, et dans diverses entreprises de traitement des aliments et d’agrochimie. Les industries alimentaires, d’une valeur de $1,8 milliards, comprennent 160 unités de traitement et 5 000 employés. Les quelque 300 compagnies de machinerie, de transport et d’équipement industriel emploient environ 12 000 personnes et rapportent $2,2 milliards annuellement.

L’économie relevant du secteur tertiaire s’est développée beaucoup plus rapidement que celle des secteurs producteurs de denrées, et représentait environ 62% du produit intérieur brut en 2002. Un petit nombre de très gros employeurs – gouvernement, conseils scolaires, système de santé, services publics – font travailler une grande proportion des personnes du secteur tertiaire. En 2002 les gouvernements fédéral, provincial et local, pris ensemble, employaient 27 200 personnes, c’est-à-dire 5,6% de la main-d’oeuvre totale ; de plus, la santé et l’éducation, toutes deux financées et gérées par l’État, employaient en tout plus de 87 000 personnes en 2002. La Crown Investments Corporation (CIC) possède ou gère des entreprises représentant 15% du produit intérieur brut, emploie des valeurs actives atteignant $8,1 milliards, et est directement responsable de 9 500 employés. Les onze sociétés d’État (CROWN CORPORATIONS) appartenant à la CIC couvrent le secteur tertiaire commercial dans son entier : elles fournissent l’électricité, le gaz naturel, le téléphone, l’eau, l’assurance automobile et toutes branches, le service d’autobus interurbains, les services d’ordinateur, ainsi que divers fonds d’investissement.

Un grand nombre de commerces de gros et de détail, indépendants ou appartenant à des chaînes, produisent $9 milliards de vente au détail dans la province chaque année, ce qui équivaut à environ $9 100 par tête. Conjointement avec au moins 22 000 possibilités d’hébergement, et avec les restaurants, traiteurs, bars et spectacles, ces entreprises sous-tendent une industrie touristique de $1,3 milliard, qui est chaque année au service de 3,5 millions de jours-touristes pour les provinciaux, 3,4 millions pour les autres Canadiens, et 0,1 million pour les étrangers. Les dépenses de voyages sont très importantes pour le tourisme : les résidents de la Saskatchewan payant pour une ou deux nuits représentent 45% de ces dépenses, tandis que les autres Canadiens représentent 35%, les Américains 17%, et les autres étrangers 3%.

Finalement, un grand nombre de petites et moyennes entreprises offrent toute une gamme de services. Le secteur des finances, des assurances, de l’immobilier et des transports commerciaux représente plus de 20% de l’activité économique de la province et emploie plus de 11% de sa main-d’oeuvre. Il y a également des milliers d’entreprises, offrant des services commerciaux et professionnels, qui emploient plus de 100 000 travailleurs dans ce qui est en train de devenir la base de l’activité commerciale et publique ; parmi eux on trouve plus de 20 000 prestataires de services professionnels, scientifiques, techniques et de gestion – tels qu’avocats, comptables, fournisseurs d’ordinateurs et ingénieurs.

Le Marché du Travail

En 2003 la province avait une population active de 515 800, avec une variation allant jusqu’à 25 000 entre les mois à plus forte et plus faible activité. Cette année-là il y avait en moyenne 68% d’adultes (âgés de plus de 15 ans) dans la main-d’oeuvre active – un pourcentage légèrement au-dessus de la moyenne nationale. Les taux de participation augmentent rapidement avec le niveau d’éducation : environ 26% seulement des adultes avec une éducation de niveau inférieur à la 8ième année se trouvaient dans le marché du travail, comparé à 84% de ceux qui avaient un niveau universitaire.

On estime que 486 800 personnes en moyenne étaient employées en 2003 : 80% à temps plein contre 20% à temps partiel. 68% de tous ces employés avaient une formation post-secondaire (26% possédaient un diplôme universitaire), 24% avaient le niveau secondaire, et 19% n’avaient pas terminé leurs études secondaires. Le salaire hebdomadaire moyen du travailleur, y compris les heures supplémentaires, était de $610, environ 10% au-dessous de la moyenne nationale. Au total, environ 29 000 personnes, c’est-à-dire 5,6% de la main-d’oeuvre provinciale, se trouvèrent au chômage pendant environ 18 semaines cette année-là. Le taux de chômage était le plus bas du Canada après l’Alberta et le Manitoba, et bien au-dessous de la moyenne nationale. Cependant, l’une des raisons pour ce phénomène est que les sans-emploi ont tendance à aller chercher du travail ailleurs : pendant la période 1994-2003, les départs surpassèrent les arrivées d’environ 5 000.

Les enquêtes sur la main-d’oeuvre se concentrent d’abord sur les individus, salariés ou à leur compte, qui travaillent pour un profit. Trois groupes socio-économiques importants sont en général exclus d’une analyse détaillée. Le premier comprend les individus âgés de 15 ans ou plus qui reçoivent une éducation à plein temps : environ 90 000 résidents de la Saskatchewan appartenaient à cette catégorie en décembre 2003. Le second comprend 16 000 personnes âgées de plus de 65 ans, tirées d’un total de 134 000, qui étaient encore membres de la main-d’oeuvre active. Le troisième représente un nombre important de femmes qui ne travaillent pas pour un salaire en dehors de la maison : en 2003 il y en avait 35 000, âgées de 25 à 64 ans et qui travaillaient comme épouses et mères de familles. Chacun de ces groupes ajoute à l’économie une importante valeur non comptée, à la fois directement (éducation et arts familiaux) et indirectement (bénévolat et contribution au tissu social de la province). En 2000, d’après le Sondage national sur la donation, le bénévolat et la participation, 42% des résidents de la Saskatchewan – travailleurs ou non – se portèrent bénévoles pour des organismes sans but lucratif de type éducatif, social, culturel et communautaire : il s’agissait alors du pourcentage le plus élevé au Canada. En tout, 323 000 firent don de 49,7 millions d’heures cette année-là ; avec une moyenne de 154 heures par personne, cela représente l’équivalent de 26 000 emplois à temps complet. (voir VOLUNTARY SECTOR)

Le Commerce en Saskatchewan

En 1997, la Saskatchewan avait environ : 30 000 entreprises autorisées à opérer avec leurs sièges sociaux dans la province ; 27 000 entreprises individuelles ; et 8 000 entreprises dont les sièges étaient hors province, mais qui étaient inscrites auprès de Justice Saskatchewan pour se livrer aux affaires dans la province. Les entreprises urbaines employaient 76% des travailleurs provinciaux, celles du nord environ 0,8%, et les entreprises rurales 23%. Si on considère les 100 plus forts revenus bruts en 2003, Saskatoon possédait les sièges sociaux de 35 entreprises commerciales ; Régina en avait 31, plus onze appartenant à des sociétés d’État ; et les autres cités se partageaient dix entreprises, à une moyenne d’un ou deux sièges sociaux chacune. Les autres entreprises privées sont éparpillées dans les petits centres. Plus de 86% des entreprises domestiques ont moins de vingt employés ; en 1993 les 5% qui emploient plus de 100 personnes représentaient 52% de tous les emplois, et plus de 60% de la masse salariale de la province. A cause de la petitesse de l’entreprise provinciale typique, son bénéfice net était de16% au-dessous de la moyenne nationale ; son avoir était de 25% au-dessous de la moyenne nationale, et seules 24 entreprises avec leurs sièges sociaux en Saskatchewan ont été capables de placer leurs capitaux propres à la bourse canadienne. De nombreuses entreprises compensent le manque de capitaux en donnant à leur avoir un plus grand effet de levier que ne le font les autres firmes canadiennes ; il s’ensuit qu’en Saskatchewan l’entreprise typique a un plus haut ratio d’endettement et est davantage exposée aux caprices du monde financier. Les entreprises hors province jouent également un rôle important : 68% seulement des revenus bruts des entreprises locales sont contrôlés par des entreprises canadiennes privées ; les entreprises contrôlées par les gouvernements fédéral, provincial et local sont responsables d’environ 19% des revenus commerciaux bruts dans la province, et les entreprises contrôlées par l’étranger contribuent environ 12% des revenus bruts.

Les Défis Économiques du 21ième siècle

La diversification a été une priorité-clé en Saskatchewan. Etant donné l’orientation internationale de son économie, les industries exportatrices primaire et secondaire sont forcées de demeurer concurrentielles au niveau mondial, ce qui conduit certains emplois à être remplacés par une nouvelle infrastructure d’investissement. Les usines de pâtes et papiers, les services commerciaux informatisés, les unités de valorisation du pétrole brut, les projets d’irrigation, et de nombreuses usines de traitement des aliments contribuent des niveaux de diversification essentiels à l’économie, et aident donc la croissance de la valeur ajoutée, de l’emploi et des revenus. Un avantage de cette diversification a été la modération des fluctuations annuelles de l’activité économique. Pendant la décennie aboutissant à 1962, le produit intérieur brut réel (corrigé pour l’inflation) était extrêmement volatile : l’économie changeait en moyenne de 14% chaque année, avec des contractions allant jusqu’à 26,7% certaines années, et des expansions atteignant 23,4% à d’autres moments. En revanche, pendant la décennie aboutissant à 2003, l’économie fluctua dans une moyenne de 2,5% chaque année ; la plus grande contraction fut de 0,8%, et la plus grande expansion de 4,7%. En dépit du progrès considérable accompli dans les dernières décennies, les profits découlant de la production diversifiée ont tout juste suffi à compenser la perte d’emplois dans le secteur agricole. Des taux d’intérêt réel élevés, des marchés financiers volatiles, des guerres commerciales internationales, un changement dans la demande mondiale pour les produits de base, et un déclin à long terme du prix réel des exportations de ressources sont devenus des caractéristiques fondamentales de l’environnement économique depuis les années 1970 et vont raisemblablement continuer à forcer l’économie provinciale à conserver son dynamisme.

Contributor: Peter Phillips
Translated By: Patrick Douaud

Print Entry
This web site was produced with financial assistance
provided by Western Economic Diversification Canada and the Government of Saskatchewan.
University of Regina Government of Canada Government of Saskatchewan Canadian Plains Research Center
Ce site Web a été conçu grâce à l'aide financière de
Diversification de l'économie de l'Ouest Canada et le gouvernement de la Saskatchewan.